ostéopathe équin

Articles

Jeu d'eau, attention au danger 

Avec l'arrivée de l'été et des températures qui augmentent, les chiens apprécient très fortement les jeux d'eau (avec tuyau, dans une piscine, etc.). Ça permet au chien d'allier l'utile à l'agréable, une partie de jeu tout en abaissant sa température corporelle, ou tout du moins en la régulant. 

Le problème que peut entrainer ces jeux d'eau réside dans le fait qu'en jouant, la plupart des chiens avalent une grande partie de l'eau, qui passe dans l'estomac avant d'être absorbée dans les intestins. On entends souvent parler de ne pas faire faire au chien une activité intense (courir, jouer, faire sauter) après un repas, il en va de même avec l'eau. 

Une grande quantité d'eau dans l'estomac va le faire se dilater, augmenter son poids, et avec les mouvements dus au jeu, il y a un risque de torsion-dilatation de l'estomac, qui, si elle n'est pas prise à temps, peut entrainer la mort de l'animal. Les symptômes d'une torsion-dilatation de l'estomac sont:

  • le chien essaye de vomir mais n'y arrive pas

  • salivation importante avec présence de mousse

  • ventre très gonflé

  • état du chien qui se dégrade, souffrance. 

Alors attention, limiter ses parties de jeu à seulement quelques minutes, surtout pour les chiens qui ont tendance à avaler une grande quantité d'eau pendant ces jeux, et surveiller l'état de votre animal après afin de pouvoir identifier le plus rapidement possible si il y a l'apparition de symptôme et l'emmener le plus rapidement possible chez votre vétérinaire.  

La tendinite

Article très intéressant concernant la tendinite, que l'on rencontre régulièrement, et le rôle de l'ostéopathie tout au long de sa guérison.

Suivi ostéopathique de l'animal souffrant d'arthrose

L'arthrose est caractérisée par une dégradation du cartilage articulaire, entrainant généralement des douleurs lors des mouvements, une inflammation, ainsi qu'une perte de mobilité. 

Elle peut avoir plusieurs origines:

 - la plus courante est le vieillissement, les cartilages articulaires s'usent en vieillissant, perdent du volume, et ne protègent plus aussi bien les articulations. 

 - les suites d'un traumatisme (entorse, fracture, etc)

 - un entrainement sportif trop intense, ce qui fragilise et use le cartilage plus précocement. 

 - un surpoids. 

 - etc.

Malheureusement, l'arthrose ne peut pas se soigner, mais l'ostéopathie peut soulager l'animal arthrosique. 

Pour se faire, il va mobiliser les articulations et les structures alentours afin de redonner de la mobilité, de détendre toutes les structures autours qui étaient en dysfonction. Il va rééquilibrer l'animal, évitant ainsi une surcharge sur certaines articulations qui pourraient à force se fragiliser, mais également de libérer l'articulation souffrant déjà d'arthrose. Et ceci va permettre une meilleure circulation des liquides articulaires et périarticulaires, fluidifiant ainsi mieux l'articulation, et lui apportant les nutriments essentiels et évacuant les déchets. 

De plus, une rééducation personnalisée, avec des exercices et une hygiène de vie adapté seront bénéfiques pour l'animal.

 

Plus l'animal sera pris en charge au début de la maladie, meilleurs seront les résultats.

 

Pour plus de renseignements   

  • Facebook
  • Instagram

Article très intéressant sur l'importance du soin dentaire chez le cheval. Le cheval étant un animal dont la pousse des dents est continue tout au long de sa vie, celui-ci est obligé de les user via la mastication afin de maintenir leur taille constante. Hors, suite à la domestication, le cheval a été privé d'un environnement naturel riche lui permettant de mastiquer en continue une flore diversifiée. D'où l'importance d'un suivi dentaire régulier, pour maintenir une dentition saine, et éviter des répercussions néfastes sur l'ensemble du corps du cheval comme expliqué dans cet article.

Des temps d'activité adaptés à l'age de votre chiot

 

On en parle trop peu, et pourtant il est essentiel d'en tenir compte si l'on veut permettre à son chiot de se développer correctement, le temps d'activité proposé doit dépendre de l'age qu'il a au moment où vous la lui proposez. 

Les promenades : +5 minutes par mois de vie

 

Afin de préserver au mieux son chiot lors de sa croissance, il est recommandé d'augmenter progressivement les temps de promenade et de lui proposer davantage d'activités cognitives. On conseille d'aller par étapes, et de proposer 5 minutes de plus par mois, jusqu'à l'age de 18 mois.

Ainsi, à deux mois, les promenades n'excèdent pas 10 minutes, à trois mois 15 minutes, à quatre mois 20 minutes, à six mois 30 minutes etc... 

Et donc à un an ? Allez faut suivre, les amis ! A un an, on fait 1 heure de balade maximum ! 

 

Un chiot fatigue vite, il est donc préférable de proposer plusieurs petites promenades à son chiot, réparties sur la journée que deux grosses le matin et le soir. 

De même privilégiez les promenades avec de longues poses, des temps d'exploration, qui seront très intéressantes pour votre chiot et ne le contraindront pas à simplement marcher. Cela lui apprendra à s'écouter, et à se poser. Si vous marchez une heure, votre chiot vous suivra, même s'il est épuisé, même s'il a mal... 

 

C'est certain, au départ c'est frustrant de se dire que l'on va devoir attendre que  le chiot soit adulte pour partir en rando avec... Mais l'idée de laquelle vous pouvez partir pour vous consoler, c'est que si vous prenez le risque de le faire trop jeune, une fois adulte vous ne pourrez pas excéder 30 minutes de balades sans le voir se raidir, commencer à boiter... Et cela durera toute sa vie. 

 

Le maître mot est donc : patience ! Chaque chose en son temps. :)

 

Ci dessus, vous pouvez voir le squelette en construction d'un chiot de deux semaines. Bien sûr jusqu'à deux mois ce squelette se développe mais les articulations demeurent extrêmement fragiles, et le chiot se développera jusqu'à l'age de 18 mois. 

Pour cette raison, il est également fortement recommandé d'éviter certaines activités avec le chiot avant un certain age. Toutes les activités qui lui demanderont de sauter (l'agility, le frisbee...), de démarrer "à froid" (jeux de lancers de balle, de bâtons...) ou de courir longtemps (endurance, footing, cani-VTT, footing...) sont fortement déconseillées jusqu'à un certain age.  

Des temps de jeux modérés

 

Bien entendu, il est recommandé de jouer avec son chiot ! Quel plaisir de courir avec lui, de faire les fous, de tirer sur une corde ou de lui apprendre à rapporter des objets ! Il est même prouvé qu'un temps de jeu qui suit une activité cognitive permet d'encrer plus profondément l'apprentissage dans la mémoire ! Et c'est logique, le jeu provoque un dégagement d'endorphine, l'hormone du plaisir, et le chiot cherchera toujours ce qui lui en a procuré, ainsi, les temps de travail seront associés à ce dégagement d'endorphine et votre loulou sera super content de retrouver ces instants de partage avec son humain de compagnie ! Mais comment adapter ces jeux à notre bébé tout en préservant sa santé?  

Comme pour la promenade, +5 minutes par mois, sauf qu'on commence par 5 minutes seulement à deux mois (et 10 à trois, 15 à quatre etc...)

Pour lancer une balle ou un bâton, préférez les faire rouler au sol, cela n'incite pas autant le chiot à partir comme une flèche. Tout est dans le démarrage, dans la manière dont le chiot se lance derrière l'objet. Récompensez toujours un comportement réfléchi et posé plutôt que l'excitation qui pourrait l'amener à se blesser. 

Quelles activités privilégier ?

 

Beh ouais du coup, on n'a pas le droit de faire ci, on ne peut pas faire ça, qu'est ce qu'on peut faire avec son chiot ?

Comme évoqué plus haut, les activités cognitives seront très enrichissantes pour votre chiot. Apprenez lui des tours, la marche au pied, le assis, apprenez lui à gérer sa frustration, à ne pas bouger... tout ce qui pourra vous servir dans la vie de tous les jours. "Déguisez le", mettez lui des bandages, apprenez lui la muselière, la collerette (c'est toujours pratique le jour où il en a vraiment besoin)...  apprenez lui à se laisser manipuler, toujours en positif et avec des récompenses, suivies d'un petit temps de jeu. 

Des jeux qui sont très enrichissant pour le chiot sont ceux où il est obligé d'utiliser ses méninges et ses capacités personnelles pour réussir. Par exemple, le jeu de recherche est un excellent jeu à pratiquer avec son chiot, cela lui occupe l'esprit et lui apprend la confiance en soi. De plus, à force d'utiliser cette partie du cerveau, ses capacités olfactives s'affinent et on peut ainsi augmenter le niveau de difficulté !

Une autre activité qui est utile et agréable pour le chiot, c'est la nage. La natation n'use pas les articulations, et permet au petit de se muscler sans risque. De plus il s'agit d'une activité différente de la marche qui lui permet également de travailler sa proprioception. Il est par contre essentiel de laisser le chiot faire les choses à son rythme, de ne pas le forcer ni le brusquer, au risque de le traumatiser : ne le mettez pas dans l'eau, laissez le y aller de lui même, encouragez le, laissez-le découvrir. 

Des activités à éviter jusqu'à 18 mois

 

Vous l'avez sûrement déjà entendu, il est fortement déconseillé de faire monter des escaliers à un chiot. Mais monter (ou descendre) des escaliers n'est pas la seule activité qui puisse potentiellement abîmer les hanches de votre chiot. Tout mouvement violent étirant la patte arrière loin derrière le corps est à éviter. 

C'est pourquoi il est recommandé de ne pas abuser des jeux de lancers, des sauts (en hauteur et en longueur) même pour monter dans la voiture ou sur le lit, attraper une balle au vol ou un frisbee jusqu'à 18 mois. 

Il est également déconseillé de faire jouer ou courir (voir même dormir) le chiot sur un sol glissant comme le carrelage ou les parquets vitrifiés. Évitez tout ce qui pourrait faire que votre chiot se retrouve à faire le grand écart, à moins que vous n'ayez envie de faire de votre chiot un pro du patinage artistique, évitez lui les remakes de Bambi sur la glace.

 

Je n'ai sans doute pas listé la totalité des activités qu'il était possible ou non de faire avec votre chiot. Le tout est de rester le plus cohérent possible : vous ne feriez pas une randonnée d'une journée avec un enfant de 5 ans, la même logique doit vous permettre d'éviter de blesser votre chiot. 

On entend souvent, à tord, qu'il faut absolument "crever" le chiot pour qu'il dorme, mais une activité cognitive, de réflexion, fatiguera beaucoup plus sûrement un chiot qu'une activité physique (même intense). Et ce, sans le casser de partout ! 

Prenez soin de lui, partagez de beaux moments, tout dans la douceur, pour l'accompagner au mieux dans sa croissance et qu'enfin, lui, puisse vous accompagner partout, dans vos moindres activités ! 

Consultations:
Sur rendez-vous du Lundi au Samedi de 8h à 20h

 

  • Facebook
  • Instagram

©2018 Cassandra Ponçot ostéopathie animale. Proudly created with Wix.com